top of page

SOMNIUM  EQUESTRIAN

Favourite Accomplished Equestrian Athletes

Public·6 members
Elias Perez
Elias Perez

Testicule Insere Dans Le Cul


Globalement le duodénum encadre la tête du pancréas latéralement à droite. De ce fait, la face qui est en contact avec le pancréas n'est pas recouverte de feuillet viscéral. Ainsi le feuillet postérieur rejoint le feuillet antérieur à gauche mais à droite ceux-ci se continuent respectivement sur la face antérieure et postérieure de la tête du pancréas. On peut ainsi considérer que le pancréas est dans le mésoduodénum.




Testicule Insere Dans Le Cul


DOWNLOAD: https://www.google.com/url?q=https%3A%2F%2Fgohhs.com%2F2u7fmE&sa=D&sntz=1&usg=AOvVaw1UMZXnAPQAC9X_hf6iLfI7



Le feuillet antérieur pancréatico-duodénal qui a subi un enroulement horaire, se décale dans le plan sagittal pour donner un passage au mésocôlon transverse. Ainsi le bulbe, D1 et D2 se trouve en arrière du côlon transverse et D4 et l'angle duodéno-jéjunal en avant et D3 dans le même plan. De ce fait, la racine du mésocôlon transverse est reliée à l'angle duodéno-jéjunale et à la partie distale de D2. La racine du mésentère passe verticalement par D3. De ce fait une très petite portion du mésentère est en rapport avec la portion inféro-latérale gauche du feuillet viscéral pancréatico-duodénale.La disposition de la racine du mésocôlon transverse, due à la rotation anti-horaire de 270 et différents replis, forme à gauche et en arrière de l'angle duodéno-jéjunal la fossette duodéno-jéjunale. L'entrée de cette fosse est délimitée par l'arc vasculaire de Treitz à gauche, l'angle duodéno-jéjunal à droite, la faux duodénale supérieure en haut et la faux duodénale inférieure en bas. Cette fosse communique avec le PPP (péritoine pariétal postérieur) en arrière, la fossette supra-duodénale en haut, la fossette infra-duodénale en bas.


Pour la tête du pancréas, il faut se référer à ce qui a été décrit plus haut. Par rapport à la queue du pancréas : sa partie médiale se trouve dans le mésoduodénum, ainsi certains auteurs considèrent cette portion en position rétro-péritonéale ; l'extrémité de la queue est normalement péritonisé.Le feuillet viscéral la rejoint : à droite le PPP et la racine du mésocôlon transverse ; à gauche l'épiploon pancréatico-splénique ; en haut le mésogastre, le feuillet antérieur rejoint l'apex de l'ACE ; en bas le feuillet postérieur et antérieur rejoignent le grand épiploon au niveau du ligament gastro-colique.


Le feuillet viscéral rejoint le péritoine pariétal sauf en bas ou il rejoint le petit épiploon. La vésicule biliaire n'a pas de feuillet viscéral, elle est extra-capsulaire et incluse dans le feuillet du foie.


Les anses du jéjunum ont une disposition plus ou moins horizontale alors que les anses de l'iléon sont plutôt verticales. L'intestin grêle est suspendu à la racine du mésentère via le feuillet viscéral. Cette racine s'insère de l'angle duodéno-jéjunal au cæcum en décrivant un S italique passant verticalement par L3. Le mésentère comporte l'artère mésentérique supérieure, ce qui forme la faux de l'artère mésentérique supérieure qui forme à son tour la fosse mésentérico-pariétale. Au niveau de la jonction iléo-cæcale, on retrouve les faux ilio-cæcale inférieure et supérieure formées respectivement par les artères cæcales postérieure et antérieure qui forment respectivement à leur tour les fosses iléo-cæcales inférieures et supérieures. Lors de la formation du côlon ascendant, l'appendice est venu s'implanter dans le mésentère avec ses vaisseaux pour former le mésentériole de l'appendice vermisiforme.


Le côlon transverse peut être considéré en deux portions : droite et gauche. L'aorte fait office de limite. Idem pour la racine du mésocôlon transverse. La portion droite s'insère et relie l'angle duodéno-jéjunal et à la partie distale de D2 en passant par la tête du pancréas. Cet accolement forme en dessous le fascia pré pancréatique sous-mésocolique. La portion gauche de la racine s'insère au niveau de la paroi pariétale postérieure. Cette disposition de la racine qui décale le duodénum dans le plan sagittal forme la fossette duodéno-jéjunale.


Le feuillet viscéral : il est libre à droite et à gauche ; en haut il rejoint le feuillet du côlon iliaque ; en bas le feuillet du rectum abdominal. La racine du mésocôlon sigmoïde est, de par la disposition anatomique du côlon sigmoïde, composée de deux racines : une primaire et une secondaire. La racine primaire est dans la continuité de la racine du mésocôlon descendant et la racine du mésorectum abdominal tandis que la secondaire est dans l'axe de l'artère mésentérique inférieure et dans la continuité de la racine du mésocôlon iliaque. Ces deux racines délimitent la fosse sigmoïde.


Les gonades, initialement indifférenciées sont reliées par le ligament suspenseur cranial (LSC) au mur abdominal postérieur alors que le gubernaculum connecte le futur testicule au futur anneau inguinal. Lors de la descente du testicule dans le scrotum guidé par le gubernaculum testis qui se masculinise sous l'effet de la testostérone (futur ligament scrotal), il se forme à partir du péritoine le processus vaginal. Ce dernier accompagne le testicule puis s'obture pour ne laisser qu'un vestige. Le testicule est alors enveloppé antérieurement par du péritoine qui porte le nom de vaginale du testicule.


Il arrive que certains livres d'anatomie qualifient certains organes comme l'estomac, le côlon ou la rate d'intrapéritonéaux ; ceci peut mener à la confusion. Le terme intra-péritonéal dans ce cas ne signifie pas à l'intérieur de la cavité péritonéale, c'est tout simplement un abus de langage. La situation peut être considérée comme si ces organes étaient invaginés dans un sac clos et non pas enfermés, le péritoine ne faisant que recouvrir ces organes. Enroulés dans ce sac, ils sont dits péritonisés.


Les trompes utérines (de Fallope) et l'utérus sont sous-péritonéaux (c'est-à-dire en dessous du sac fermé que constitue le péritoine). Les ovaires, eux, sont à la fois intra-péritonéaux et sous-péritonéaux, c'est-à-dire qu'ils sont dans le péritoine à leur partie supérieure et sous les deux feuillets à leur partie inférieure. L'ovaire traverse donc les deux feuillets.Quant aux organes rétro-péritonéaux, ou encore extra-péritonéaux, ils sont situés hors de la cavité péritonéale ou en arrière du péritoine pariétal (par exemple les reins).


Contrairement au mésentère dorsal qui est lui relié à la paroi pariétale postérieure en regard de l'aorte abdominale et aux organes compris entre la portion abdominale de l'œsophage et le rectum abdominal, le mésentère ventral est partiel. Il est présent depuis la face inférieure de la portion antérieur du fascia infra-diaphragmatique (qui est en fait la continuité du fascia du muscle transverse de l'abdomen) jusqu'à la face supérieure de la veine ombilicale. Cette dernière donnera le ligament rond du foie après obturation et participera à la formation du futur ligament falciforme.Caudalement, au début seule la portion postérieure de l'intestin primitif est reliée au pédicule embryonnaire (futur cordon ombilical) via l'allantoïde, puis c'est le canal vitellin qui viendra s'inclure dans ce pédicule lors de la plicature sagittale. Au-dessus et au-dessous, le feuillet viscéral du canal vitellin et celui de l'allantoïde disparaîtront. Ainsi le cœlome intra-embryonnaire qui était double, devient une poche qui porte le nom de cœlome ombilical. Ainsi le feuillet viscéral de la face inférieure de la veine ombilicale se continue à la face antérieure de l'intestin primitif moyen jusqu'au canal vitellin, enveloppe la vésicule vitelline, revient à la face antérieure de l'intestin primitif moyen : c'est le septum uro-rectal qui prendra le nom de cul-de-sac de Douglas. Enfin, il contourne l'allantoïde et revient à la face antérieure de l'intestin primitif postérieur.Par la suite, la vésicule vitelline se détache et donne un reliquat du canal omphalomésentérique (diverticule de Meckel) persistant chez 2 % environ de la population générale ; le feuillet viscéral antérieur de l'allantoïde fusionné au feuillet pariétal et l'allantoïde donnera l'ouraque ; latéralement à l'ouraque, les artères ombilicales donneront les ligaments ombilicaux droit et gauche après leurs obturations.


Durant le développement du système digestif, celui-ci effectue une série de rotations et de plicatures dans différents plans. L'œsophage, l'estomac et la portion inférieure à D2 du duodénum font une rotation horaire de 90 dans le plan transversal. L'estomac fait une rotation horaire de 90 dans le plan frontal (formation du grand et du petit épiploon). Le duodénum se plie autour de la tête du pancréas. L'intestin grêle et une partie du gros intestin avance dans le plan sagittal pour former la hernie ombilicale physiologique. Le gros intestin fait ainsi un coude à gauche qui deviendra l'angle splénique. Le côlon transverse se retrouve dans la hernie avec le cæcum à son extrémité (le côlon ascendant et l'angle hépatique ne sont pas encore formés). Cette portion y fait une rotation anti-horaire de 270 dans le plan frontal autour de l'artère mésentérique supérieure. La hernie se résorbe, l'intestin grêle se développe et se plisse pour former ses anses, la portion du côlon qui était en dessous du grêle se retrouve alors au-dessus et vient se plaquer contre la paroi postérieure. Le cæcum descend dans la fosse iliaque droite formant ainsi le côlon ascendant. Le côlon transverse se retrouve au niveau de la boucle duodénale au-dessus de l'artère mésentérique. L'angle splénique et colique remonte légèrement au-dessus du côlon transverse. Le côlon descendant se déplace à gauche et se plaque également contre la paroi postérieure, sa portion inférieure reste plus ou moins fixe dans le plan sagittal et forme ainsi le côlon iliaque dans la fosse iliaque gauche. Le rectum étant centré, le côlon sigmoïde se développe sur la droite pour prendre sa forme de S.


About

Here's a group where everyone can discuss their favourite eq...
bottom of page